Actualité, information des Risques, des Assurances et de la Finance. nominations, produits nouveaux, résultats, classements, accords, acquisitions, cessions, partenariats, implantations, points de vue, conjoncture, ... RiskAssur : votre magazine professionnel des risques et des assurances depuis 1994
Faits point accords acquisitions nominations
nouveautés organisation indices Resultats Agenda
Abonnement Privilège Abonnement magazine mag. anciens numéros Commentaires mentions légales
Brèves boutique PèreLaFouine Notre-Siècle Terre-Futur.com
Il y a, actuellement, 114 internautes qui consultent des articles, 20 140 pages lues aujourd'hui (depuis minuit)


Essayer RiskAssur PRIVILEGE pour seulement 15 euros,
vous donnant acces a l integralite des archives (plus de 35 000 articles) : cliquez ICI



L

L’essor des usines de désalinisation

Article lu 12852 fois, depuis sa publication le 04/09/2009 à 09:00:00 (longueur : 3960 caractères)


La désalinisation de l’eau, également désigné par dessalement ou dessalage, est un processus qui permet d’obtenir de l’eau douce potable, à partir d’une eau saumâtre ou salée, généralement de l’eau de mer.
#
En fait, il s’agit rarement de retirer le sel de l’eau, comme la désignation du procédé le laisse supposer, mais plutôt d’extraire de l’eau douce de l’eau salée.
#
La désalinisation est un procédé coûteux auquel on n’a recours que faute de disposer d'eau douce de surface ou souterraine en quantité et en qualité suffisante ou de se trouver loin de toute source d’approvisionnement comme par exemple un navire loin des côtes.
#
Aujourd’hui, dans un nombre croissant de régions du monde, de plus en plus peuplées, les sources d’eau douce sont inexistantes ou deviennent insuffisantes au regard de la croissance démographique.
#
Ainsi, l’été 2008 la ville de Barcelone a été obligée de faire venir de l’eau douce par tankers, pour partie depuis la France, en attendant la mise en service d’une station de désalinisation en cours de montage.
#
L’eau de mer dont on peut extraire l’eau douce est salée à peu près à 35 grammes de sel par litre d’eau, parfois plus, que l’on retrouve, à l’issue de l’opération et ce, quel que soit le système utilisé.
#
Le sel résiduel se retrouve sous la forme d'une saumure, dont il faut se débarrasser, ce qui fait que la quasi-totalité des centrales de désalinisation se trouvent en bord de mer et rarement à l’intérieur des terres.
#
Il existe plusieurs systèmes de désalinisation que l’on choisit en fonction de la source d’énergie localement disponible, et en fonction du moindre coût et aussi selon la pureté de l’eau douce que l’on veut obtenir.
#
La distillation par four solaire est tout à fait indiquée dans les pays arides, qui manquent par définition de sources d’eau en surface mais qui disposent de l’énergie solaire à profusion, à condition de passer à son exploitation.
#
Une fois l’eau douce retirée il reste à rejeter la saumure résiduelle dans la mer, sans perturber les écosystèmes.
#
D"après des spécialistes de l’environnement, les écosystèmes sensibles sont perturbés tant que la température n'est pas modifiée de plus de un degré et la salinité de plus de un gramme de sel par litre.
#
Toutefois, le retour à la normale peut être relativement rapide si l’emplacement du rejet de la saumure en mer est bien étudié.
#
C’est-à-dire, là où il y a de la houle et des courants, les perturbations peuvent être assez vite jugulées.
#
La désalinisation de l’eau de mer est un enjeu important pour l’avenir des régions arides et il est ainsi possible, grâce une technique judicieusement choisie, de résoudre les problèmes de manque d’eau potable dans de nombreux pays.
Pour la consommation humaine la désalinisation est moins onéreuse que la technique dite de recyclage des eaux usées.
#
Elle est utilisée pour l’alimentation d’îles dépourvues de sources d’eau, comme les Canaries qui, autrement auraient vu leur développement touristique singulièrement freiné.
#
En Israël, l’Usine d’Ashkelon peut couvrir les besoins eau potable de plus d'un million de personnes, pour une consommation de 250 litres par jour.
#
Ce pays poursuit comme objectif d’atteindre en 2010 une production de 300 millions de m3, grâce à de nouvelles réalisations, si possible en accord avec les pays voisins, également en manque d’eau.
#
Des projets pharaoniques devraient voir le jour pour dessaler l'eau de mer destinée à la production agricole, totalement impensables pour le moment, pour des raisons économiques, avec les techniques employées aujourd’hui.
#
Un autre problème, qui n’est pas encore techniquement résolu, bien que des sociétés y travaillent actuellement, est celui du traitement des eaux saumâtres qui se trouvent à l'intérieur des terres, loin de tout rivage.
#
Notons que dans certaines régions, la production d’eau douce pourrait rapprocher les peuples et devenir une source de paix.



Cliquer ICI pour lire d’autres articles
de la rubrique Edito








Sommaires de RiskAssur-hebdo


Pour vous abonner
au magazine RiskAssur-hebdo
cliquez ICI

13/06/2024 à 11:09:53
Numéro 797 de RiskAssur-hebdo du vendredi 14 juin 2024
Edito - En France, le chevauchement des administrations forme un millefeuille coûteux (Erik Kauf) Etude - Gérer les risques en temps de guerre (Pr Jean-Paul Louisot) Commentaire - L'impact du manque de sommeil sur la santé des salariés est ...

06/06/2024 à 11:21:28
Numéro 796 de RiskAssur-hebdo du vendredi 7 juin 2024
Edito - L'Histoire de TotalEnergies, un groupe qui fête ses cent ans (Erik Kauf) Etude - Les risques à la réputation dans un monde de plus en plus complexe et volatil (Pr Jean-Paul Louisot) Commentaire - Les exploitations minières ont été pr...

Plus de titres


A la une
1086 lectures - publié le, 18/06/2024 à 07:36:42 - réservé aux abonnés

1134 lectures - publié le, 18/06/2024 à 07:27:40 - réservé aux abonnés

1282 lectures - publié le, 18/06/2024 à 07:21:27 - réservé aux abonnés

1510 lectures - publié le, 17/06/2024 à 07:39:49 - réservé aux abonnés

3678 lectures - publié le, 17/06/2024 à 07:34:24 - réservé aux abonnés



© 2000/2024 par FRANOL Services - riskassur™ est une marque déposée par FRANOL Services / ISSN 1632-3106
Numéro de dépôt 702978 CNIL fait le 1 février 2001
en application de l'article 16 de la loi du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés.
RiskAssur et RiskAssur-hebdo sont des éditions de FRANOL Services - Immeuble Val de Loire - 4 passage de la Râpe - 45000 Orléans - tel :02 38 21 30 88
RCS Orléans 339 587 768 - SARL de 7 622,45 € - Gérant : Olivier Kauf
- données légales