Actualit, information des Risques, des Assurances et de la Finance. nominations, produits nouveaux, rsultats, classements, accords, acquisitions, cessions, partenariats, implantations, points de vue, conjoncture, ... RiskAssur : votre magazine professionnel des risques et des assurances depuis 1994
Faits point accords acquisitions nominations
nouveautés organisation indices Resultats Agenda
Mag. ancien num. Privilège Abonnements Notre-Siècle mentions légales
PèreLaFouine
Il y a, actuellement, 91 internautes qui consultent des articles, 73 835 pages lues aujourd'hui (depuis minuit)

Ecrire un commentaire - d'autres articles sur CLIMAT

Analyse de l

Analyse de l’objectif des négociations sur le réchauffement climatique

Article lu 10637 fois, depuis sa publication le 09/12/2009 à 10:00:00 (longueur : 3568 caractères)


Les négociations sur le climat qui viennent de débuter à Copenhague ont pour objectif de limiter la hausse des températures à 2 degrés par rapport aux niveaux préindustriels, alors que l’on parle communément de 1990, les activités humaines menées depuis 1750 ont eu pour effet, selon les scientifiques, de réchauffer le climat.
#
Cet objectif de limiter à 2 degrés la hausse de la température moyenne fait l’objet d’un consensus général, après avoir été adopté de longue date par l’Union européenne, puis entériné l’été dernier par le G 8 réuni en Italie et par le Forum des économies majeurs, qui réunit, par la force des choses, les principaux pollueurs de la planète .
#
Cet objectif est fondé sur les travaux du Groupe intergouvernemental d’experts sur le climat, le GIEC, crée en 1988, sous les auspices de l’ONU et plus particulièrement sur son 4è rapport de 2007.
#
Dans ce rapport, le GIEC projette pour la fin du XXIe siècle des hausses de températures allant de 1,8 à 4 degrés en valeur moyenne, pouvant atteindre 6,4 degrés, selon les différents scénarisons d’émission de gaz à effet de serre.
#
En se fixant un objectif destiné de limiter la hausse à 2%, les décideurs ont sans doute voulu rapprocher le possible du souhaitable, car un réchauffement de seulement 2 degrés aurait déjà des conséquences grave pour le habitants de notre planète.
#
Selon le GIEC, il en résulterait près de chez nous une baisse des précipitations sur le bassin méditerranéen, la fonte des glaciers, un risque d’extinction accru des espèces animales et végétales, le blanchiment des coraux et l’augmentation des dégâts causés par les crues et tempêtes, phénomène dont nous pouvons constater dès à présent le développement et qui prend des allures dramatiques dans d’autre autres zones, plus exposées que la notre.
#
A 3 ou 4 degrés, de réchauffement, les conséquences deviendraient dramatiques, provoquant la baisse de rendement des principales cultures, des maladies et le déplacement de millions de personnes victimes d’inondations côtières du fait d l’élévation du niveau des océans.
#
Pour éviter les catastrophes annoncées, les préconisations du GIEC sont claires et nettes, il faut diviser par deux l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050, ce qui implique que le pic des émissions soit atteint en 2015 et qu’elles aient commencées à baisser dès 2020.
#
Le respect de ce programme laisse peu de temps aux négociations car, dans la meilleure des hypothèses, à supposer qu’un traité soit adopté sinon ce mois-ci à Copenhague, mais au plus tôt courant 2010, pour pouvoir être ratifié, Etat par Etat avant fin 2012, il ne pourra pas entrer en application, avant le 1er janvier 2013.
#
Les pays en voie de développement insistent sur la responsabilité historique des pays industrialisés dans le réchauffement climatique, dont beaucoup d’entre eux en sont les victimes à cause de leur implantation géographique et exigent de leur part des aides financières et des réductions drastiques de leurs émissions de gaz à effet de serre.
#
La situation des grands pays émergents, dont la Chine, qui se dispute avec les Etats-Unis la place peu enviable de premier pollueur mondial, reste équivoque.
#
Cependant, quelque soient les engagement pris en définitive dans le cadre des négociations organisées par l’ONU et la manière de les respecter par les principaux pollueurs, l’évolution des températures qui seront relevées un peu partout dans le monde permettra de valider les décisions qui auront été prises et de les adapter pour l’avenir en conséquence.



Cliquer ICI pour lire d’autres articles de la rubrique Faits de sociétés


-------------









A la une
916 lectures - publié le, 28/01/2022 à 07:13:37 - réservé aux abonnés

858 lectures - publié le, 28/01/2022 à 07:04:20 - réservé aux abonnés

1632 lectures - publié le, 27/01/2022 à 15:19:31 - réservé aux abonnés

1521 lectures - publié le, 27/01/2022 à 11:11:11 - réservé aux abonnés

1754 lectures - publié le, 27/01/2022 à 07:40:30 - réservé aux abonnés



Recevez, chaque semaine

le magazine RiskAssur-hebdo

Cliquez ICI pour vous abonner


© 2000/2022 par FRANOL Services - riskassur™ est une marque déposée par FRANOL Services / ISSN 1632-3106
Numéro de dépôt 702978 CNIL fait le 1 février 2001
en application de l'article 16 de la loi du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés.
RiskAssur et RiskAssur-hebdo sont des éditions de FRANOL Services - Immeuble Val de Loire - 4 passage de la Râpe - 45000 Orléans - tel :01 55 33 12 55
RCS Paris 339 587 768 - SARL de 7 622,45 € - Gérant : Olivier Kauf
- données légales