Actualit, information des Risques, des Assurances et de la Finance. nominations, produits nouveaux, rsultats, classements, accords, acquisitions, cessions, partenariats, implantations, points de vue, conjoncture, ... RiskAssur : votre magazine professionnel des risques et des assurances depuis 1994
Faits point accords acquisitions nominations
nouveautés organisation indices Resultats Agenda
Abonnement Privilège Abonnement magazine mag. anciens numéros Commentaires mentions légales
Brèves boutique PèreLaFouine Notre-Siècle Terre-Futur.com
Il y a, actuellement, 91 internautes qui consultent des articles, 14 222 pages lues aujourd'hui (depuis minuit)


Essayer RiskAssur PRIVILEGE pour seulement 15 euros,
vous donnant acces a l integralite des archives (plus de 35 000 articles) : cliquez ICI


d'autres articles sur MEDECIN

Le paiement à la performance des médecins libéraux en manque d’adhésions

Article lu 20092 fois, depuis sa publication le 06/01/2012 à 09:13:35 (longueur : 3220 caractères)


Pour les patients dont le médecin adhère au système, il n’y a rien de changé, ils règlent la consultation ou la visite au tarif fixé par l’Assurance maladie, tandis que le praticien perçoit, sous condition, un complément de salaire de celle-ci.
#
Et c’est ici que le bas semble blesser.
#
Les médecins libéraux devaient, chacun individuellement, faire connaître son adhésion à l’Assurance maladie et ce avant le 27 décembre 2011.
#
Or, selon les premières indications disponibles, le nombre d’adhésion serait largement inférieur au nombre attendu, bien que le supplément de salaire en question puisse atteindre 9 000 euro par.
#
Rappelons d’abord que le paiement à la performance doit se traduire dans l’esprit de l’Assurance maladie par une diminution et non pas par une augmentation des dépenses, grâce à la « maîtrise des dépenses de santé » qui doit en résulter, ce qui est l’aspect pervers du système, qui semble faire reculer les médecins libéraux.
#
Il faut savoir que, la Caisse nationale d’assurance maladie, la CNAM, a constitué à cet effet une liste d’indicateurs de « bonnes pratiques » que les médecins devront respecter et faire respecter par les patients, pour engranger des points, ouvrant droits à la rémunération supplémentaire escomptée.
#
Ils seront crédités, en fonction des résultats constatés sur la base de ces indicateurs, du nombre de points correspondant, dont le total, relevé en fin d’année, déterminera le montant du supplément de salaire qui leur sera versé.
#
On cite, à titre d’exemple comme incontestable, la prescription de génériques, tandis que d’autres indicateurs, comme le taux de vaccination contre la grippe, peuvent prêter à discussion.
#
Parmi les principales critiques du système formulées par les praticiens, on relève notamment la complexité du dispositif, la mainmise possible de le CNAM sur les prescriptions, ou encore on peut craindre la réaction des patients, enclins à penser que les décisions de leur médecin sont plus encadrée et moins libres que par le passé, avec un intérêt financier incontestable à l’appui.
#
Quoi qu’il en soit, il est certain que ce dispositif ouvra la voie à l’intrusion de la l’Assurance maladie dans un système qui, jusqu’ à présent était purement libéral et qui s’en trouve dénaturé.
#
Le médecin, en percevant une rémunération d’un organisme d’assurance, fut-il public, pour services rendus, en devient implicitement un préposé, soumis au respect des normes établis par celui-ci, pour y avoir droit.
#
On peut y voir une première dérive vers un service public de médecine de ville, comme il en existe dans d’autres pays et vers lequel on risque de se diriger, par manque de médecins libéraux.
#
Le modèle auquel nous faisons allusion consiste, pour les assurés sociaux à s’inscrire auprès d’un médecin référant, à qui ils devront s’adresser sans restriction, en fonction de leur besoins, sans bourse déliée.
#
Ce médecin est un salarié de la caisse d’Assurance maladie, rémunéré au forfait en fonction du nombre d’assurés inscrits, à un tarif variable en fonction de l’âge et du sexe de chacun.
#
Dans un tel régime, l’intérêt des médecins est d’avoir un nombre suffisant, mais pas excessifs d’inscrits en portefeuille.



Cliquer ICI pour lire d’autres articles
de la rubrique Faits de sociétés








Sommaires de RiskAssur-hebdo


Pour vous abonner
au magazine RiskAssur-hebdo
cliquez ICI

13/06/2024 à 11:09:53
Numéro 797 de RiskAssur-hebdo du vendredi 14 juin 2024
Edito - En France, le chevauchement des administrations forme un millefeuille coûteux (Erik Kauf) Etude - Gérer les risques en temps de guerre (Pr Jean-Paul Louisot) Commentaire - L'impact du manque de sommeil sur la santé des salariés est ...

06/06/2024 à 11:21:28
Numéro 796 de RiskAssur-hebdo du vendredi 7 juin 2024
Edito - L'Histoire de TotalEnergies, un groupe qui fête ses cent ans (Erik Kauf) Etude - Les risques à la réputation dans un monde de plus en plus complexe et volatil (Pr Jean-Paul Louisot) Commentaire - Les exploitations minières ont été pr...

Plus de titres


A la une
1277 lectures - publié le, 14/06/2024 à 16:15:20 - gratuit

1340 lectures - publié le, 14/06/2024 à 06:47:44 - réservé aux abonnés

5151 lectures - publié le, 14/06/2024 à 06:36:52 - réservé aux abonnés

1515 lectures - publié le, 14/06/2024 à 06:24:00 - réservé aux abonnés

1319 lectures - publié le, 13/06/2024 à 14:12:05 - gratuit



© 2000/2024 par FRANOL Services - riskassur™ est une marque déposée par FRANOL Services / ISSN 1632-3106
Numéro de dépôt 702978 CNIL fait le 1 février 2001
en application de l'article 16 de la loi du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés.
RiskAssur et RiskAssur-hebdo sont des éditions de FRANOL Services - Immeuble Val de Loire - 4 passage de la Râpe - 45000 Orléans - tel :02 38 21 30 88
RCS Orléans 339 587 768 - SARL de 7 622,45 € - Gérant : Olivier Kauf
- données légales