Actualit, information des Risques, des Assurances et de la Finance. nominations, produits nouveaux, rsultats, classements, accords, acquisitions, cessions, partenariats, implantations, points de vue, conjoncture, ... RiskAssur : votre magazine professionnel des risques et des assurances depuis 1994
Faits point accords acquisitions nominations
nouveautés organisation indices Resultats Agenda
Abonnement Privilège Abonnement magazine mag. anciens numéros Commentaires mentions légales
Brèves boutique PèreLaFouine Notre-Siècle Terre-Futur.com
Il y a, actuellement, 90 internautes qui consultent des articles, 10 168 pages lues aujourd'hui (depuis minuit)


Essayer RiskAssur PRIVILEGE pour seulement 15 euros,
vous donnant acces a l integralite des archives (plus de 35 000 articles) : cliquez ICI




Un problème insoluble, celui de la démographie médicale déficiente en France

Article lu 17060 fois, depuis sa publication le 03/01/2012 à 09:44:42 (longueur : 4239 caractères)


Alors que les bacheliers ont accès sans restriction à la plupart des disciplines enseignées dans les universités, l’accès aux études de médecine est contingenté par des numerus clausus, c’est-à-dire le nombre d’étudiants admis chaque année des les facultés de médecine.
#
Pour établir, année par année ce numerus clausus, il faut préjuger des besoins en médecins et du choix des jeunes diplômés à l’issue de leurs études, qui durent au moins7 ans, tout en tenant compte de l’estimation des départs à la retraite.
#
En fait, il est revu de temps en temps, généralement trop tard, pour faire face à des problèmes naissants, comme c’est aujourd’hui le cas.
#
Concrètement, à l’issue de leurs études, les jeunes diplômés ont le choix entre poursuivre une activité hospitalière, prendre la suite d’un médecin libéral, parfois comme remplaçant, rejoindre un cabinet médical, s’installer à leur compte où se caser dans l’industrie pharmaceutique.
#
Pour effectuer ce choix, ce sont bien naturellement les opportunités qui entre d’abord en ligne comptent, comme prendre la suite d’un proche ou la perspective d’une carrière hospitalière prometteuse ou dans l’industrie pharmaceutique.
#
Par contre, l’attrait du gain, sans être négligeable, compte aujourd’hui moins que la qualité de la vie, parce que les futurs médecins voudront, à l’avenir, avoir plus de temps pour leur vie privée.
#
Dans ces conditions, on comprend mieux que les perspectives de devenir un généraliste dans une campagne déshéritée ou dans un quartier disons difficile, offre peu d’attraits pour une jeune diplômé à la recherche d’un point de chute, or le devoir des pouvoirs publics est d’assurer à l’ensemble de la population l’accès à des soins de qualité et ce quel que soit l’endroit où ils résident.
#
Face à cette situation, alors que les Français s’inquiètent de l’extension des déserts médicaux, Les ministres de la Santé, Xavier Bertrand et de l’Enseignement supérieur, Laurent Wauquiez viennent d’annoncer une augmentation du nombre de places offerts en deuxième année de médecine de 7 400 à 7 500 à la prochaine rentrée , ce qui facilitera le passage de 100 étudiants de plus de la première à la seconde année de médecine.
#
Par ailleurs, le nombre de places de « passerelle » qui permettent à des étudiants de grandes écoles ou de masters d’entrer en seconde ou en troisième année de médecine , est porté de 300 à 500 places.
#
Il n’y a pas de quoi régler le problème actuel de la démographie médicale reconnait Xavier Bertrand qui ne souhaite cependant pas être confronté à une pénurie de médecins, comme celle de 1993 ou le nombre de médecins formés est tombé à 3500, d’où aujourd’hui le projet de former 8 000 médecins à la rentrée de 2012.
#
A cet effet, le ministre a programmé, dès ce mois-ci, des réunions pour déterminer quelles universités accueilleront les places supplémentaires en fonction des besoins et une nouvelle faculté de médecine est prévue à Torcy en Seine et Marne.
#
Pour régler le problème de la couverture médicale, Xavier Bertrand ne compte pas pour autant s’attaquer de plein fouet à la mauvaise répartition des médecins sur le territoire et entre les disciplines, d’ailleurs, même le voudrait-il, on ne voit pas comment il y parviendrait.
#
Il dispose de quelques moyens incitatifs comme l’octroi de bourses aux étudiants, en contrepartie d’années d’exercice dans une zone déficitaire et il cherche à favoriser l’ouverture de maisons de santé pluridisciplinaires dans celles-ci.
#
Des doyens d’universités de médecine pensent à une « solidarité forcée » en imposant aux diplômés de commencer par trois années d’exercice dans les zones déficitaires, alors que la profession préfère que l’on fasse appel à des diplômés étrangers et n’a jamais toléré la moindre entrave à la liberté d’installation.
#
Pour le moment, de nombreux praticiens qui partent à la retraite cherchent vainement un successeur, pour ne pas laisser tomber leurs patients.
#
En complément : « Les déserts médicaux atteignent aussi les régions les mieux dotées » (publié par RiskAssur le 18/11/2011) : http://www.riskassur-hebdo.com/actu01/actu_auto.php?adr=1811110904



Cliquer ICI pour lire d’autres articles
de la rubrique Faits de sociétés








Sommaires de RiskAssur-hebdo


Pour vous abonner
au magazine RiskAssur-hebdo
cliquez ICI

13/06/2024 à 11:09:53
Numéro 797 de RiskAssur-hebdo du vendredi 14 juin 2024
Edito - En France, le chevauchement des administrations forme un millefeuille coûteux (Erik Kauf) Etude - Gérer les risques en temps de guerre (Pr Jean-Paul Louisot) Commentaire - L'impact du manque de sommeil sur la santé des salariés est ...

06/06/2024 à 11:21:28
Numéro 796 de RiskAssur-hebdo du vendredi 7 juin 2024
Edito - L'Histoire de TotalEnergies, un groupe qui fête ses cent ans (Erik Kauf) Etude - Les risques à la réputation dans un monde de plus en plus complexe et volatil (Pr Jean-Paul Louisot) Commentaire - Les exploitations minières ont été pr...

Plus de titres


A la une
1272 lectures - publié le, 14/06/2024 à 16:15:20 - gratuit

1340 lectures - publié le, 14/06/2024 à 06:47:44 - réservé aux abonnés

5114 lectures - publié le, 14/06/2024 à 06:36:52 - réservé aux abonnés

1515 lectures - publié le, 14/06/2024 à 06:24:00 - réservé aux abonnés

1319 lectures - publié le, 13/06/2024 à 14:12:05 - gratuit



© 2000/2024 par FRANOL Services - riskassur™ est une marque déposée par FRANOL Services / ISSN 1632-3106
Numéro de dépôt 702978 CNIL fait le 1 février 2001
en application de l'article 16 de la loi du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés.
RiskAssur et RiskAssur-hebdo sont des éditions de FRANOL Services - Immeuble Val de Loire - 4 passage de la Râpe - 45000 Orléans - tel :02 38 21 30 88
RCS Orléans 339 587 768 - SARL de 7 622,45 € - Gérant : Olivier Kauf
- données légales