Actualit, information des Risques, des Assurances et de la Finance. nominations, produits nouveaux, rsultats, classements, accords, acquisitions, cessions, partenariats, implantations, points de vue, conjoncture, ... RiskAssur : votre magazine professionnel des risques et des assurances depuis 1994
Faits point accords acquisitions nominations
nouveautés organisation indices Resultats Agenda
Mag. ancien num. Privilège Abonnements Commentaires mentions légales
PèreLaFouine Notre-Siècle Terre-Futur.com
Il y a, actuellement, 305 internautes qui consultent des articles, 176 424 pages lues aujourd'hui (depuis minuit)

Ecrire un commentaire - d'autres articles sur ccr


Deux corps d’alpinistes congelés retrouvés accrochés à une paroi dans les Alpes

Article lu 8798 fois, depuis sa publication le 26/04/2013 à 08:05:21 (longueur : 3405 caractères)


GRENOBLE, 25 avr 2013 (AFP) - Par Antoine AGASSE
Deux corps d’alpinistes congelés ont été retrouvés accrochés à une paroi dans le massif des Ecrins en Isère, ont annoncé jeudi les secouristes de la CRS Alpes, cinq mois après la disparition de trois Italiens au même endroit.

"Ils n’ont pas encore été identifiés", a mis en garde la CRS Alpes, unité de police spécialisée dans le secours en montagne.

Il y a cependant une forte probabilité qu’il s’agisse de deux alpinistes de la cordée italienne car "aucune autre disparition n’a été signalée dans ce secteur", selon la même source.

Damiano Barabino, 32 ans, cardiologue à Gênes et alpiniste chevronné, Francesco Cantù, 41 ans, chef du département de cardio-chirurgie à Lecco, et Luca Gaggianese, 49 ans, instructeur au club alpin italien de Milan, avaient disparu fin novembre sous le Dôme des Ecrins.

Partis dimanche 25 novembre du lieu-dit le "pré de Madame Carle" (1.874 mètres d’altitude), dans les Hautes-Alpes, ils avaient réalisé avec succès l’ascension de la barre des Écrins (4.102 mètres) par la goulotte Gabarrou-Marsigny, une voie glaciaire de 1.250 mètres de long cotée "extrêmement difficile".

Une ascension qui peut se réaliser dans la journée pour des alpinistes chevronnés.

Mais pour une raison inconnue, les trois hommes avaient passé une première nuit à 3.900 mètres d’altitude, sous le Dôme des Écrins, puis avaient alerté les secouristes le lendemain matin.



météo exécrable



La météo rendant impossible les secours par hélicoptère, les gendarmes de Briançon (Hautes-Alpes) avaient tenté de leur venir en aide à pied mais avaient dû rebrousser chemin en raison des risques d’avalanche.

Un des alpinistes avait appelé son père le lundi 26 novembre après-midi pour lui dire qu’ils allaient tenter de redescendre en rappel. Depuis lors, ils n’avaient plus donné de signe de vie. La dernière géolocalisation de leur téléphone portable remontait au lundi soir.

Les jours suivants, les recherches avaient été rendues très difficiles par des chutes de neige quasi incessantes. Elles avaient dû être interrompues au bout d’une semaine.

C’est une autre cordée d’alpinistes qui a repéré ces deux corps, mercredi après-midi, alors qu’ils tentaient d’emprunter une voie extrêmement difficile de 800 mètres de dénivelé, dénommée goulotte Boivin.

Les deux corps, distants d’une cinquantaine de mètres, étaient pris dans la glace, l’un accroché à la paroi et l’autre suspendu à une corde, à environ
3.500 mètres d’altitude, sous le Dôme des Ecrins.

Alertés, les CRS de Grenoble n’ont pas pu intervenir immédiatement, car cette paroi très raide est exposée aux chutes de pierre et aux coulées de neige lors des après-midi de printemps.

Jeudi à 05H00 du matin, cinq secouristes de l’Alpe-d’Huez (Isère) ont finalement été hélitreuillés sur place et ont pu redescendre les corps au hameau de La Bérarde, sur la commune de Saint-Christophe-en-Oisans.

Ramenés à Grenoble, ils seront identifiés vendredi, a indiqué la CRS Alpes.
"Ils n’avaient pas de papiers dans leurs sacs, nous n’avons rien pour les identifier", a-t-on indiqué de même source.

Les alpinistes étaient visiblement en train de descendre la voie et avaient déjà effectué les deux tiers du parcours.

"Ce n’est pas un itinéraire anodin en descente", remarquait un secouriste, en référence à la dangerosité de la voie.





Sommaires de RiskAssur-hebdo


Pour vous abonner
au magazine RiskAssur-hebdo
cliquez ICI

02/02/2023 à 11:06:33
Numéro 734 de RiskAssur-hebdo du Vendredi 3 février 2023
Edito - Les batteries stockent l'électricité pour son utilisation future (Erik Kauf) Etude - La Théorie des perspectives et son apport à l'ERM (Pr Jean-Paul Louisot) Commentaire - La CNR travaille à rendre au Rhône sa biodiversité affectée p...

26/01/2023 à 11:19:51
Numéro 733 de RiskAssur-hebdo du Vendredi 27 janvier 2023
Edito - L'Intelligence artificielle trouve de nombreuses applications en médecine (Erik Kauf) Etude - Les principaux risques à l'horizon de la décennie et au-delà (Pr Jean-Paul Louisot) Commentaire - La lutte pour le climat et la protection ...

Plus de titres


A la une
2390 lectures - publié le, 03/02/2023 à 07:43:10 - réservé aux abonnés

1314 lectures - publié le, 03/02/2023 à 07:39:12 - réservé aux abonnés

1346 lectures - publié le, 03/02/2023 à 07:34:51 - réservé aux abonnés

1579 lectures - publié le, 03/02/2023 à 07:30:34 - gratuit

1595 lectures - publié le, 03/02/2023 à 07:24:29 - réservé aux abonnés



© 2000/2023 par FRANOL Services - riskassur™ est une marque déposée par FRANOL Services / ISSN 1632-3106
Numéro de dépôt 702978 CNIL fait le 1 février 2001
en application de l'article 16 de la loi du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés.
RiskAssur et RiskAssur-hebdo sont des éditions de FRANOL Services - Immeuble Val de Loire - 4 passage de la Râpe - 45000 Orléans - tel :02 38 21 30 88
RCS Paris 339 587 768 - SARL de 7 622,45 € - Gérant : Olivier Kauf
- données légales