Actualit, information des Risques, des Assurances et de la Finance. nominations, produits nouveaux, rsultats, classements, accords, acquisitions, cessions, partenariats, implantations, points de vue, conjoncture, ...
Il y a, actuellement, 66 internautes qui consultent des articles, 20 732 pages lues aujourd'hui (depuis minuit)

Ecrire un commentaire

Assurer sa voiture est obligatoire

Assurer sa voiture est obligatoire

Article lu 4202 fois, depuis sa publication le 15/05/2018 à 07:58:05 (longueur : 6444 caractères)


L'assurance est souvent perçue comme une obligation, une sorte d'impôt privée, dont on ne comprend pas exactement l'utilité.

D'autant plus que les assureurs n'ont pas bonne presse. L'assuré, en cas de sinistre, a toujours l'impression que l'assureur ne l'indemnise pas à la hauteur de ses attentes. Pourtant, l'assurance est totalement normée, en cas de sinistre, l'assureur – après expertise - respectera à la lettre les termes du contrat.

Et c'est là qu'est le problème, trop souvent les assurés cherchent le contrat le moins cher sans se préoccuper des garanties et des franchises.

Certaines assurances ne sont pas obligatoires. Par exemple, le propriétaire occupant d'un appartement n'est pas obligé de l'assurer, contrairement à un locataire ou à un propriétaire non-occupant.

En tout état de cause, même non obligatoire pour le propriétaire occupant, il est indispensable d'assurer son logement. Un début d'incendie dans un appartement peut se propager à tout un immeuble. Et le propriétaire peut se trouver à devoir payer toute son existence les dégâts… pas absence de contrat d'assurance.

Concernant les véhicules automobiles, la question est différente. Pour conduire une voiture, il faut, bien entendu avoir une… voiture, qu'elle soit neuve ou d'occasion, qu'on l'ait acheté ou loué.

Il faut avoir un permis de conduire. Même la conduite automobile n'est pas compliquée, ça ne s'improvise pas, cela s'apprend et cet apprentissage est sanctionné par l'obtention du permis de conduire.

Et en fin, il faut obligatoirement assurer sa voiture. Il est interdit, même si on ne roule pas, de posséder une voiture sans l'assurer.

Avant même de prendre livraison de sa voiture, il faut se faire établir une offre pour une assurance voiture.

Le minimum étant l'assurance la responsabilité civile. Avec ce type de contrat, l'automobiliste n'assure pas les dommages qu'il peut causer à sa voiture, mais les dommages qu'il peut causer aux autres… c'est-à-dire aux tiers. Ce type de contrat est suffisamment si on a une vieille voiture.

Si généralement, les accrochages entre 2 véhicules ne sont pas très coûteux, dès qu'il y a des blessés, c'est-à-dire dès que c'est un accident corporel, le coût est tout autre.

Où même dans certains cas de sinistres matériels. Imaginons, la voiture qui chute d'un pont sur une voie ferroviaire, au moment du passage d'un train. Même s'il n'y a pas de blessés, le coût sera énorme. Ce type de sinistre, n'est pas un cas d'école, c'est déjà arrivé et ça arrivera encore.

Donc, on n'assure pas seulement sa voiture parce que c'est obligatoire, mais aussi pour éviter en cas de sinistre d'avoir à payer toute sa vie le coût du sinistre. Les victimes, même si l'automobiliste n'est pas assuré, seront indemnisées par un fonds qui se retournera vers le responsable de l'accident.

Si l'assurance au tiers peut suffire pour un véhicule qui a déjà quelques années, l'assurance tous risques est préférable pour une voiture neuve ou récente (notamment en cas de vol du véhicule).

En France, l'assurance des véhicules est directement visible sur le pare-brise, sous la forme d'une vignette de couleur verte (plus l'attestation d'assurance à avoir sur soit, en plus du permis de conduire et de la carte grise).

Chez nos voisins en Suisse, le système est différent. L'assurance est obligatoire pour rouler, avec au minimum – comme en France - l'assurance de la responsabilité civile. Et c'est la présence des plaques d'immatriculations qui va prouver que la voiture est assurée.

L'automobiliste doit aller au service de la gestion des automobiles de son canton pour obtenir ses plaques d'immatriculations. Pour cela l'automobiliste doit présenter une attestation d'assurance.

En cas de problème, tel que le non-paiement de la prime, le canton sera alerté et enverra les forces de l'ordre pour retirer les plaques de la voiture.

En fin de compte un système beaucoup plus visible, même de loin, qu'une simple petite vignette verte sur le pare-brise. L'absence de plaques d'immatriculation… ça saute aux yeux.

part cela, nous retrouvons, En Suisse – comme en France - un système majoration/minoration de la prime en fonction de la sinistralité ou la fluctuation de la prime selon le modèle de la voiture. Mais, par rapport à la France, les assureurs tiennent compte de l'âge du conducteur principal, de la date d'obtention du permis de conduire, de sa nationalité.

Bien entendu, l'assurance d'une voiture est également fonction de son usage. Le risque d'avoir un accident, un simple accrochage, le nombre de kilomètres parcourus par an étant un élément important.

Il y a une différence, notoire, entre l'automobiliste qui possède une voiture juste un usage de loisir et celui qui va la prendre tous les jours pour aller à son travail.

Sans oublier les automobilistes pour qui la voiture est nécessaire pour leur travail, par exemple des commerciaux qui vont aller de client en client en en utilisant leur voiture, ou encore pire pour qui la voiture est un instrument de travail, tel que les chauffeurs de taxi.

Autant de notion qui entre en compte pour l'assurance d'un véhicule à moteur.

L'assuré doit impérativement déclarer honnêtement l'usage de sa voiture, au risque en cas d'accident de ne pas être assuré ou très mal indemnisé. Naturellement la prime d'assurance pour un usage loisir ne sera pas la même pour un usage professionnel. L'objectif ne doit pas être de payer le moins cher possible pour avoir la vignette verte à mettre son pare-brise, ou ses plaques d'immatriculation en Suisse. C'est d'être assuré.

Trop souvent les conducteurs se croient dans la toute-puissance, mais il ne faut pas perdre du vu qu'un accident, un accrochage, ça n'arrive pas qu'aux autres.

Pour beaucoup le paiement d'une prime d'assurance semble inutile, on ne va pas avoir un accrochage à chaque fois que l'on se sert de sa voiture. C'est juste « au cas où ». D'ailleurs le conducteur qui multiplierait les accrochages, en étant responsable, verrait le montant de sa prime d'assurance s'envoler, jusqu'à ce que l'assureur résilie le contrat.

En résumé, il ne faut pas perdre de vue que l'assurance de sa voiture est une obligation, qu'il peut être intéressant d'y consacrer un petit moment pour sélectionner le contrat qui correspond véritablement à sa situation (notamment l'usage réel du véhicule).


Comparateurs de prix

Assurance auto

Assurance santé






A la une
1510 lectures - publié le, 16/10/2018 à 11:47:19 - réservé aux abonnés

2051 lectures - publié le, 16/10/2018 à 09:39:12 - réservé aux abonnés

1902 lectures - publié le, 15/10/2018 à 11:37:54 - réservé aux abonnés

1727 lectures - publié le, 15/10/2018 à 09:37:29 - réservé aux abonnés

2416 lectures - publié le, 12/10/2018 à 11:37:44 - réservé aux abonnés



Recevez, chaque semaine

le magazine RiskAssur-hebdo

Cliquez ICI pour vous abonner

© 2000/2018 par FRANOL Services - riskassur™ est une marque déposée par FRANOL Services / ISSN 1632-3106
Numéro de dépôt 702978 CNIL fait le 1 février 2001
en application de l'article 16 de la loi du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés.
RiskAssur et RiskAssur-hebdo sont des éditions de FRANOL Services - Immeuble Val de Loire - 4 passage de la Râpe - 45000 Orléans - tel :01 55 33 12 55
RCS Paris 339 587 768 - SARL de 7 622,45 € - Gérant : Olivier Kauf
- données légales