Actualit, information des Risques, des Assurances et de la Finance. nominations, produits nouveaux, rsultats, classements, accords, acquisitions, cessions, partenariats, implantations, points de vue, conjoncture, ... RiskAssur : votre magazine professionnel des risques et des assurances depuis 1994
Faits point accords acquisitions nominations
nouveautés organisation indices Resultats Agenda
Mag. ancien num. Privilège Abonnements Commentaires mentions légales
PèreLaFouine Notre-Siècle Terre-Futur.com
Il y a, actuellement, 142 internautes qui consultent des articles, 163 438 pages lues aujourd'hui (depuis minuit)


Essayer RiskAssur PRIVILEGE pour seulement 15 euros,
vous donnant acces a l integralite des archives (plus de 35 000 articles) : cliquez ICI



Conditions de perception et de compensation de la taxe carbone

Conditions de perception et de compensation de la taxe carbone

Article lu 13636 fois, depuis sa publication le 18/09/2009 à 09:00:00 (longueur : 3812 caractères)


Comme première approche, il ne faut pas parler de taxe carbone car, dans l’esprit de ses concepteurs, il ne s’agit pas d’un impôt supplémentaire ou d’une taxe nouvelle, mais d’une contribution climat-énergie, devant inciter ceux qui en supporteront la charge, de se tourner vers d’autres énergies non polluantes ou, à défaut de consommer moins.
#
Cependant, on n’empêchera personne de penser que c’est bien une nouvelle ponction destinée à couvrir les déficits qui s’accumulent, aux pouvoirs publics de nous en prouver le contraire.
#
Quoi qu’il en soit, nous la désignerons ici par CCE pour « contribution climat et énergie » et non pas par « taxe carbone ».
#
Le mécanisme de la CCE repose sur l’idée de faire payer aux entreprises et aux ménages le coût du dommage à la planète provoqué par leur consommation d’énergie, pour les inciter comme déjà dit, à consommer différemment ou , à défaut de consommer moins.
#
La CCE doit établir un signal-prix destiné à faire changer les comportements des consommateurs et elle ne doit pas, pour cette raison, être indolore.
#
C’est dans cet esprit que la commission, présidée par Michel Rocard, composée d’économistes, de syndicalistes et de représentants de l’Etat, s’est accordée sur un montant initial de 32 euros la tonne de CO2 produite, mais qui devra croître progressivement jusqu’à 100 euros la tonne en 2030 et l'on à évoque 200 euros la tonne à l’horizon 2050.
#
À titre de comparaison, il faut savoir que la Suède, applique déjà une taxe carbone, de 105 euros la tonne, compensée par la diminution d’autres impôts.
#
Cependant, avant de décider d’instaurer cette contribution et d’en fixer le montant, il fallait savoir ce qu’elle coûtera à ceux qui y seront assujettis et, sans doute à quelle hauteur la compenser, compte tenu de son incidence sur le niveau de vie des plus défavorisés.
#
En fin de compte, le Président de la République Nicolas Sarkozy a fixé son montant à 17 euros la tonne, au moment de son application en 2010 et a indiqué les modalités de compensation.
#
De ce montant découle une hausse de 4,5 centimes par litre de fioul ou de gasoil et de 4 centimes par litre d’essence, des surcoûts qui pèseront immédiatement sur les consommateurs.
#
Pour les ménages, l’alourdissement devrait être de l’ordre de 85 euros par an en moyenne par foyer, selon les calculs établis par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, l’Ademe.
#
Pour eux, la compensation prendra la forme soit d’une réduction d’impôts sur le revenu, soit par la remise d’un chèque aux ménages non imposés.
#
Enfin, pour tenir compte de la dépendance des ménages ruraux et de la situation de certains salariés, une compensation supplémentaire sera versée à ceux qui n’ont pas accès aux transports en commun.
#
Pour les entreprises, le risque de distorsion est différent.
#
Celles qui opèrent dans une activité polluante se voient attribuer gratuitement, tout au moins encore jusqu’en 2013, un quota de droits d’émission de CO2, et peuvent, si nécessaire, acheter des droit supplémentaires à la bourse d’échange, européenne, actuellement à un prix inférieur au montant de la CCE.
#
Le chef de l’Etat estime que la suppression de la taxe professionnelle compensera largement le surcoût engendre par la CCE et n’envisage aucun mécanisme de restitution sauf pour les secteurs jugés particulièrement vulnérables, transports routiers, taxis, pêcheurs et agriculteurs, avec lesquels des consultations seront engagées.
#
Pour le principe, le produit de la CCE, levé sur les entreprises doit servir au financement de la réforme de la taxe professionnelle.

Par son discours, du 10 septembre, Nicolas Sarkozy a gommé les incertitudes qui pesaient encore sur sur la contribution-climat- énergie.
#
Erik Kauf

Rédacteur en Chef de RiskAssur



Cliquer ICI pour lire d’autres articles
de la rubrique Edito








Sommaires de RiskAssur-hebdo


Pour vous abonner
au magazine RiskAssur-hebdo
cliquez ICI

21/09/2023 à 11:08:23
Numéro 762 de RiskAssur-hebdo du vendredi 22 septembre 2023
Edito - L'économie française a tendance à stagner (Erik Kauf) Etude - Suivre et mesurer les efforts du risk management (Pr Jean-Paul Louisot) Commentaire - L'éducation nationale doit s'adapter à la perte de 500 000 élèves en cinq ans (Erik K...

14/09/2023 à 11:29:22
Numéro 761 de Riskassur-hebdo du Vendredi 15 septembre 2023
Edito - Le réchauffement climatique aggrave les risques aléatoires qui perturbent le fonctionnement des entreprises (Erik Kauf) Commentaire - La climatisation, indispensable dans les passoires thermiques, aggrave le réchauffement (Erik Kauf) ...

Plus de titres


A la une
901 lectures - publié le, 25/09/2023 à 07:43:11 - réservé aux abonnés

1462 lectures - publié le, 25/09/2023 à 07:41:01 - réservé aux abonnés

800 lectures - publié le, 25/09/2023 à 07:37:41 - réservé aux abonnés

1462 lectures - publié le, 22/09/2023 à 07:39:23 - réservé aux abonnés

6858 lectures - publié le, 22/09/2023 à 07:30:26 - réservé aux abonnés



© 2000/2023 par FRANOL Services - riskassur™ est une marque déposée par FRANOL Services / ISSN 1632-3106
Numéro de dépôt 702978 CNIL fait le 1 février 2001
en application de l'article 16 de la loi du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés.
RiskAssur et RiskAssur-hebdo sont des éditions de FRANOL Services - Immeuble Val de Loire - 4 passage de la Râpe - 45000 Orléans - tel :02 38 21 30 88
RCS Paris 339 587 768 - SARL de 7 622,45 € - Gérant : Olivier Kauf
- données légales