Actualit, information des Risques, des Assurances et de la Finance. nominations, produits nouveaux, rsultats, classements, accords, acquisitions, cessions, partenariats, implantations, points de vue, conjoncture, ... RiskAssur : votre magazine professionnel des risques et des assurances depuis 1994
Faits point accords acquisitions nominations
nouveautés organisation indices Resultats Agenda
Mag. ancien num. Privilège Abonnements Notre-Siècle mentions légales
Il y a, actuellement, 71 internautes qui consultent des articles, 146 623 pages lues aujourd'hui (depuis minuit)

Ecrire un commentaire

Comment l

Comment l’industrie du jeu cible les pauvres et les anciens joueurs

Article lu 104855 fois, depuis sa publication le 25/02/2020 à 11:11:53 (longueur : 5780 caractères)


L’industrie du jeu utilise des sociétés tierces pour recueillir les données des gens, aidant les bookmakers et les casinos en ligne à cibler les personnes à faibles revenus et celles qui ont arrêté de jouer, révèle The Guardian.

Les publicités traditionnelles pour les jeux d’argent en ligne sont devenues plus chères, ce qui a encouragé les sociétés de paris à recourir à d’autres moyens pour séduire les consommateurs. Cela a conduit à une utilisation croissante de l’analyse des données pour gagner de nouveaux clients, selon des sources du secteur.

Dans quelle mesure les sociétés de jeux d’argent ciblent les clients vulnérables ?

"Les fournisseurs de données tiers nous ont permis de cibler leurs listes d’e-mails avec précision", a déclaré un spécialiste du marketing numérique qui comptait les sociétés de paris parmi ses clients avant de quitter son agence l’année dernière. "Les utilisateurs à faible revenu ont été parmi les segments les plus ciblés avec succès.

Publicité

Les "maisons de données" recueillent des informations sur l’âge, les revenus, l’endettement, le crédit et les assurances, qu’elles transmettent à des sociétés de pari affiliées, c’est-à-dire des sociétés qui orientent les clients vers des bookmakers en ligne moyennant une rémunération. Cela permet aux affiliés et aux sociétés de jeu d’adapter les annonces et de cibler les personnes en fonction de leurs revenus. A l'image de nombreux secteurs, des sites de comparatifs de casinos apparaissent sur google, ils comparent et vantent les mérites des casinos auxquels ils sont en fait affiliés comme sur cette page de kelcasino qui fait l'éloge de lucky8, un des prestataires sur le marché du jeu d'argent en ligne.

Ces révélations s’ajoutent aux demandes en faveur d’une réglementation plus stricte du secteur des jeux d’argent ; la société de paris en ligne 888 avait été pénalisée d’un montant record de 7,8 millions de livres sterling parce que plus de 7 000 personnes qui s’étaient volontairement interdites de jouer pouvaient encore accéder à leurs comptes.

"Un client a été autorisé à faire 850 000 paris d’une valeur de 1,3 million de livres sterling en un an, en utilisant de l’argent volé à son employeur »

Un deuxième ancien employé récent d’une société de marketing numérique a déclaré que les données des joueurs potentiels sont souvent récoltées par des moyens que les joueurs eux-mêmes ne comprennent pas toujours parfaitement.

Les données sont souvent recueillies sur des sites de tombola qui offrent des prix en espèces et des cadeaux lors de tombolas hebdomadaires, a-t-il déclaré. Pour participer aux tirages au sort, les utilisateurs doivent généralement fournir leur nom, leur date de naissance, leur adresse électronique et leur adresse postale.

Il a affirmé que les sociétés de tirage au sort vendraient ensuite les données, ce à quoi les clients ont parfois consenti sans le savoir dans le cadre de longs accords sur les conditions générales. L’un de ces sites déclare "Les secteurs suivants [y compris les jeux de hasard] sont les types d’industries dont vous pouvez vous attendre à recevoir des produits, des informations, des services ou des offres spéciales".

Les sociétés de publicité peuvent alors identifier les membres de la population cible - souvent composée de personnes aux revenus les plus faibles - parmi les participants au tirage au sort et utiliser ces informations pour les atteindre.

Elles utilisent également une méthode appelée "reciblage dynamique" pour distinguer les personnes qui n’ont pas joué depuis un certain temps et essayer de les inciter à reprendre l’habitude - en attirant potentiellement des personnes en voie de guérison qui se sont bannies de ces sites.

Ces clients peuvent être bombardés de publicités d’inscription qui apparaissent dans leur navigateur web. La première semaine, ils peuvent se voir offrir un pari gratuit de 10 euros, selon la première source du secteur, puis 20 euros la deuxième semaine, 30 euros la troisième semaine et ainsi de suite. Une source a décrit ces méthodes comme "extrêmement efficaces".

Annonceurs et affiliation
Les annonceurs vendraient également les données des joueurs ayant abandonné le pari à d’autres vendeurs moyennant des frais d’affiliation.

Les programmes d’affiliation de paris sont des systèmes dans lesquels les annonceurs reçoivent un coût par acquisition et/ou un pourcentage de part de revenu à vie sur les pertes de chaque client qu’ils introduisent. Ils constituent l’une des principales sources de trafic de l’industrie du jeu. Le fait que les affiliés ne puissent jamais devoir d’argent aux sites de jeux rend les programmes sans risque et potentiellement lucratifs.

Certains affiliés de pari, se faisant passer pour des pronostiqueurs via les groupes Facebook, se constituent une clientèle sur les médias sociaux avant de poster un lien d’inscription, relié à leur identifiant d’affilié, ce qui leur permet de gagner de l’argent sur les pertes de leurs followers lorsqu’ils leur recommandent délibérément de parier sur des paris susceptibles de perdre.

C’est ce qu’a déclaré un joueur régulier qui a répondu à un appel du Guardian : "Je crains que les bookmakers ferment délibérément les yeux sur cette pratique et permettent à ces affiliés de promouvoir leurs services de cette manière".

Carolyn Harris, la députée travailliste de Swansea East qui a fait campagne sur la réforme des jeux d’argent, a déclaré qu’elle n’était pas surprise par ces pratiques. "Cela ne fait que réaffirmer ma conviction que l’industrie des paris n’a pas de boussole morale et qu’elle est capable d’exploiter les personnes vulnérables afin de leur soutirer le dernier euro", a-t-elle déclaré.







A la une
853 lectures - publié le, 30/11/2020 à 15:52:08 - réservé aux abonnés

901 lectures - publié le, 30/11/2020 à 13:19:36 - réservé aux abonnés

932 lectures - publié le, 30/11/2020 à 10:29:52 - réservé aux abonnés

1627 lectures - publié le, 28/11/2020 à 10:03:51 - réservé aux abonnés

1468 lectures - publié le, 27/11/2020 à 13:54:43 - réservé aux abonnés



Recevez, chaque semaine

le magazine RiskAssur-hebdo

Cliquez ICI pour vous abonner


© 2000/2020 par FRANOL Services - riskassur™ est une marque déposée par FRANOL Services / ISSN 1632-3106
Numéro de dépôt 702978 CNIL fait le 1 février 2001
en application de l'article 16 de la loi du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés.
RiskAssur et RiskAssur-hebdo sont des éditions de FRANOL Services - Immeuble Val de Loire - 4 passage de la Râpe - 45000 Orléans - tel :01 55 33 12 55
RCS Paris 339 587 768 - SARL de 7 622,45 € - Gérant : Olivier Kauf
- données légales