Actualit, information des Risques, des Assurances et de la Finance. nominations, produits nouveaux, rsultats, classements, accords, acquisitions, cessions, partenariats, implantations, points de vue, conjoncture, ... RiskAssur : votre magazine professionnel des risques et des assurances depuis 1994
Faits point accords acquisitions nominations
nouveautés organisation indices Resultats Agenda
Mag. ancien num. Privilège Abonnements Notre-Siècle mentions légales
Il y a, actuellement, 82 internautes qui consultent des articles, 109 755 pages lues aujourd'hui (depuis minuit)

Ecrire un commentaire

Stop Covid, 3 mois aprs : l

Stop Covid, 3 mois après : l’exemple type d’une utilisation contreproductive des nouvelles technologies

Article lu 4181 fois, depuis sa publication le 24/08/2020 à 11:28:27 (longueur : 4397 caractères)


Constantin Pavléas Avocat pratiquant le droit des nouvelles technologies, fondateur et dirigeant du cabinet Pavléas Avocats - Professeur et coordinateur du programme Droit du Numérique & Propriété intellectuelle à l’école des Hautes Études Appliquées du Droit

Lancée il y a 3 mois, l’application de traçage Stop Covid censée permettre de ralentir la propagation du coronavirus en France, s’est révélée un échec, comme il fallait s’y attendre. Plus qu’inefficace, elle s’avère contreproductive car elle participe au délitement de la démocratie et à la déresponsabilisation des citoyens.

Au 18 août, l’application Stop Covid n’avait été téléchargée que 2,3 millions de fois et seules un millier de personnes s’y sont déclarées positives. Elle n’a également envoyé que 72 notifications à ses utilisateurs, autant dire une goutte d’eau dans l’océan de la propagation du coronavirus en France.

Mais au-delà de ces chiffres très bas, l’application et de manière plus générale les différentes technologies utilisées au cours de cette crise, remettent en cause notre contrat démocratique.
Par le passé, les situations de crise ont bien souvent mis sous tension le fonctionnement démocratique. On peut penser aux lois d’exception faisant suite en France aux attentats terroristes, voire même dans d’autres pays, aux dictatures qui ont émergé par le passé dans le contexte de crise car elles apparaissaient comme le recours face à la difficulté. Aujourd’hui, avec la crise de la Covid 19, les nouvelles technologies ont été présentées comme (vous en avez lu 35%, il reste à lire 65%, de cet article.)



Cet article est réservée aux abonnés à RiskAssur-hebdo Privilège
- Vous êtes déjà abonné, pour vous identifier, cliquez ici

Abonnement en ligne
Abonnement 1 an pour 480 euros ttc, en cliquant ici
Abonnement 1 mois pour 54 euros ttc, en cliquant ici

Retrouvez l’actualité de la semaine, en vous abonnant au magazine RiskAssur-hebdo, envoyé en format PDF en fin de semaine : Abonnement et/ou en savoir plus, en cliquant ici

Cliquer ICI pour lire d’autres articles de la rubrique Points de vue


-------------












A la une
1229 lectures - publié le, 24/10/2020 à 11:59:48 - réservé aux abonnés

1277 lectures - publié le, 24/10/2020 à 11:40:50 - réservé aux abonnés

1197 lectures - publié le, 23/10/2020 à 10:03:54 - réservé aux abonnés

1457 lectures - publié le, 23/10/2020 à 07:55:43 - réservé aux abonnés

1802 lectures - publié le, 23/10/2020 à 07:48:29 - réservé aux abonnés



Recevez, chaque semaine

le magazine RiskAssur-hebdo

Cliquez ICI pour vous abonner


© 2000/2020 par FRANOL Services - riskassur™ est une marque déposée par FRANOL Services / ISSN 1632-3106
Numéro de dépôt 702978 CNIL fait le 1 février 2001
en application de l'article 16 de la loi du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés.
RiskAssur et RiskAssur-hebdo sont des éditions de FRANOL Services - Immeuble Val de Loire - 4 passage de la Râpe - 45000 Orléans - tel :01 55 33 12 55
RCS Paris 339 587 768 - SARL de 7 622,45 € - Gérant : Olivier Kauf
- données légales