Actualit, information des Risques, des Assurances et de la Finance. nominations, produits nouveaux, rsultats, classements, accords, acquisitions, cessions, partenariats, implantations, points de vue, conjoncture, ... RiskAssur : votre magazine professionnel des risques et des assurances depuis 1994
Faits point accords acquisitions nominations
nouveautés organisation indices Resultats Agenda
Abonnement Privilège Abonnement magazine mag. anciens numéros Commentaires mentions légales
Brèves boutique PèreLaFouine Notre-Siècle Terre-Futur.com
Il y a, actuellement, 147 internautes qui consultent des articles, 256 711 pages lues aujourd'hui (depuis minuit)


Essayer RiskAssur PRIVILEGE pour seulement 15 euros,
vous donnant acces a l integralite des archives (plus de 35 000 articles) : cliquez ICI




Un an de tests salivaires

Article lu 17352 fois, depuis sa publication le 21/09/2011 à 15:42:31 (longueur : 3429 caractères)


En Belgique, la nouvelle procédure de détection de drogues dans la circulation, basée sur l’utilisation de tests salivaires, était entrée en vigueur le 1er octobre dernier.
#
Au bout d'une année, à l’occasion d’une journée d’étude organisée par l’IBSR (Institut Belge pour la Sécurité Routière) et l’Institut National de Criminalistique et de Criminologie (INCC), font le point.
#
L'IBSR constate que ces dernières années, l’usage de certaines drogues s’est banalisé, et qu'un nombre trop important de personnes prennent le volant sous l'emprise de la drogue. Pour rappel, la conduite sous l'influence de drogues fait l'objet d'une tolérance zéro et les sanctions prévues pour les contrevenants sont très sévères.
#
C'est pour cela, que depuis le 1er octobre 2010, les services de police en Belgique s’appuient sur une procédure de contrôle simplifiée, basée sur l’utilisation de tests salivaires, aussi appelé "crache-tests" par analogie à un slogan d'une campagne de prévention de l’IBSR.
#
L’objectif est de permettre de multiplier les contrôles et de lutter plus efficacement contre le phénomène des drogues au volant.
#
Avec l'ancienne procédure beaucoup plus complexe à mettre en œuvre (tests urinaires), seulement 2 000 à 2 500 infractions étaient constatées chaque année en Belgique.
#
Depuis le 1er octobre 2010, 18 000 tests salivaires ont été distribués aux services de police et 35 000 autres exemplaires ont été commandés pour une utilisation en 2011-2012.
#
Selon une analyse effectuée par l’Institut National de Criminalistique et de Criminologie (INCC), l’utilisation des tests salivaires a permis d’améliorer sensiblement la qualité des contrôles. Ainsi, le pourcentage de prélèvements sanguins négatifs faisant suite à un contrôle positif a baissé de 17 % en 2009-2010 (tests urinaires) à un peu moins de 10 % depuis le 1er octobre 2010 (tests salivaires).
#
De même, le pourcentage de faux positifs pour le cannabis (positifs lors du contrôle; négatifs lors du prélèvement sanguin) est passé de 24 à 7 %. Signalons enfin que dans 60 % des cas, seul du THC (cannabis) a été détecté dans le sang. Viennent ensuite les amphétamines et la cocaïne (20 % chaque fois; en combinaison ou non avec d’autres drogues).
#
De l’étude DRUID (Driving Under the Influence of Drugs, alcohol and medicines), menée entre 2007 et 2010 en Belgique auprès de patients de cinq grands hôpitaux, admis aux urgences après un accident de la route, il ressort que 9,9 % des conducteurs de voitures gravement blessés étaient sous l’influence du cannabis (seul ou en combinaison avec d’autres substances), 3,8 % sous l’influence de cocaïne, 2,6 % sous l’influence d’amphétamines et 0,6 % sous l’influence d’opiacés illicites.
#
Notons que 13,2 % des conducteurs étaient sous l’emprise de drogues ET d’alcool, alors que cette combinaison est particulièrement dangereuse.
#
Selon Etienne Schouppe, Secrétaire d’Etat Belge à la Mobilité: "Vu l’ampleur du phénomène, il est indispensable d’impliquer toutes les parties concernées pour l’enrayer. Si nous voulons atteindre les objectifs fixés dans le cadre des derniers Etats Généraux de la Sécurité Routière, nous devons en effet faire baisser le nombre de conducteurs qui reprennent le volant sous l’emprise de drogues. Cela ne sera possible que par le biais de nouvelles méthodes et techniques, à l’image de la nouvelle procédure de contrôle recourant aux tests salivaires".



Cliquer ICI pour lire d’autres articles
de la rubrique Points de vue








Sommaires de RiskAssur-hebdo


Pour vous abonner
au magazine RiskAssur-hebdo
cliquez ICI

23/05/2024 à 11:06:30
Numéro 794 de RiskAssur-hebdo du vendredi 24 mai 2024
Edito - Coût, financement et intérêts économiques des JO de Paris 2024 (Erik Kauf) Etude - Un monde incertain et complexe à San Diego (Pr Jean-Paul Louisot) Commentaire - Après les élections de juin, l'Europe cherchera sa voie dans le monde ...

16/05/2024 à 10:02:30
Numéro 793 de RiskAssur-hebdo du vendredi 17 mai 2024
Edito - Une enquête réalisée à partir de la plateforme Doctolib permet de situer les déserts médicaux (Erik Kauf) Etude - Gestion des risques, réseaux logistiques et resilience (Pr Jean-Paul Louisot) Commentaire - Pour les Jeux Olympiques, P...

Plus de titres


A la une
2363 lectures - publié le, 29/05/2024 à 07:44:28 - réservé aux abonnés

1208 lectures - publié le, 29/05/2024 à 07:38:21 - réservé aux abonnés

1298 lectures - publié le, 29/05/2024 à 07:29:21 - réservé aux abonnés

1637 lectures - publié le, 28/05/2024 à 07:46:58 - réservé aux abonnés

1537 lectures - publié le, 28/05/2024 à 07:36:05 - réservé aux abonnés



© 2000/2024 par FRANOL Services - riskassur™ est une marque déposée par FRANOL Services / ISSN 1632-3106
Numéro de dépôt 702978 CNIL fait le 1 février 2001
en application de l'article 16 de la loi du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés.
RiskAssur et RiskAssur-hebdo sont des éditions de FRANOL Services - Immeuble Val de Loire - 4 passage de la Râpe - 45000 Orléans - tel :02 38 21 30 88
RCS Orléans 339 587 768 - SARL de 7 622,45 € - Gérant : Olivier Kauf
- données légales