Actualit, information des Risques, des Assurances et de la Finance. nominations, produits nouveaux, rsultats, classements, accords, acquisitions, cessions, partenariats, implantations, points de vue, conjoncture, ... RiskAssur : votre magazine professionnel des risques et des assurances depuis 1994
Faits point accords acquisitions nominations
nouveautés organisation indices Resultats Agenda
Abonnement Privilège Abonnement magazine mag. anciens numéros Commentaires mentions légales
Brèves boutique PèreLaFouine Notre-Siècle Terre-Futur.com
Il y a, actuellement, 94 internautes qui consultent des articles, 18 454 pages lues aujourd'hui (depuis minuit)


Essayer RiskAssur PRIVILEGE pour seulement 15 euros,
vous donnant acces a l integralite des archives (plus de 35 000 articles) : cliquez ICI




Mise en cause probable des chirurgiens poseurs des prothèses mammaires PIP

Article lu 21078 fois, depuis sa publication le 02/01/2012 à 09:28:25 (longueur : 3625 caractères)


L’avocat de plusieurs porteuses françaises d’implants mammaires de la marque PIP a annoncé qu’il allait assigner, au civil, les chirurgiens qui auraient manqué à leur devoir d’information et la société qui a certifié la qualité des prothèses défectueuses.
#
Remarquons que cet avocat a la sagesse de penser à une procédure au civile, tendant à obtenir la seule indemnisation de se clientes, plutôt que d’envisager une procédure pénale, plus aléatoire dans ces cas d’espèce.
#
Cette affaire n’est qu’à ses débuts et son développement peut réserver des surprises car il y a, rien qu’en France, 30 000 porteuses d’implants PIP fournie par une société en liquidation et probablement insolvable alors que le ministère de la Santé vient de recommander, à titre préventif, leur désimplantation, aux frais de l’Assurance maladie.
#
Cependant, il semble évident qu’aucune femme n’acceptera de se laisser retirer un implant mammaire, sans son remplacement immédiat, lors du retrait, par une nouvelle prothèse.
#
Or, au moins 80 % des implants ont été effectués à titre esthétique et, si l’Assurances maladie prendra en charge, à titre préventif, les coûts dès désimplantation, elle ne prendre pas en charge, dans ces cas, leur remplacement par de nouveaux implants.
#
Nous ne disposons pas de chiffres précis quant aux frais opératoires encourus, or il semblerait que la seule desimplantation d’une prothèse, encore en bon état, se chiffrerait en centaines d’euros pour les deux seins, tandis que leur remplacement atteindrait, toujours pour les deux seins quelques milliers d’euros.
#
Au plan juridique, pour mettre en cause la responsabilité civile des chirurgiens il faut prouver qu'ils ont commis une faute dans l’exercice de leur art.
#
Les voies à suivre, à cet égard ne manquent pas et on peut faire confiance aux avocats pour trouver Ia mieux adaptées à chaque cas.
#
On peut difficilement reprocher une faute, au chirurgien qui a réalisé les implants au tarif de l’Assurance maladie de la Sécurité sociale, même non pris en charge par celle-ci, d’avoir fait le mauvais choix , si pour pouvoir rester dans les limites de celui-ci, il a choisi les prothèses, aujourd’hui à problèmes , mais prise, à cette époque, en charge par celle-ci, au titre des implantations réalisées sur prescription médicale.
#
Cependant, s’agissant de chirurgies esthétiques, peu d’intervention ont été pratiquées à ces conditions, mais plus généralement en honoraires totalement libres, acceptées par les patientes.
#
Dans ce cas, le chirurgien a soit laissé à la patiente le choix des prothèses à lui implanter, en fixant le prix de son intervention en fonction de son choix, soit en les choisissant lui-même, dans le cadre d’un prix forfaitaire convenu.
#
Dans le premier cas, s’il a laissé sa cliente choisir de implants PIP, on peut lui reprocher, compte tenu des connaissances de l’époque de son intervention, s’il y a lieu , un défaut de conseil.
#
Par contre, s’il a traité son intervention au forfait, incluant la fourniture des prothèses de son choix dans le prix de sa prestation, sa responsabilité civile peut être recherchée au titre de la vente d’un produit défectueux.
#
Cette responsabilité, si elle est reconnue peut avoir de lourdes conséquences au plan financier pour les assureurs de la responsabilité médicale des praticiens.
#
En effet, les victimes ne se contenteront pas de la prise en charge des seuls frais d’intervention mais exigerons une indemnisation de tous les chefs de préjudice qui y sont liés et qui peuvent être particulièrement lourds, même si nous ne sommes pas aux Etats Unis, dans certains cas.



Cliquer ICI pour lire d’autres articles
de la rubrique Faits de sociétés








Sommaires de RiskAssur-hebdo


Pour vous abonner
au magazine RiskAssur-hebdo
cliquez ICI

13/06/2024 à 11:09:53
Numéro 797 de RiskAssur-hebdo du vendredi 14 juin 2024
Edito - En France, le chevauchement des administrations forme un millefeuille coûteux (Erik Kauf) Etude - Gérer les risques en temps de guerre (Pr Jean-Paul Louisot) Commentaire - L'impact du manque de sommeil sur la santé des salariés est ...

06/06/2024 à 11:21:28
Numéro 796 de RiskAssur-hebdo du vendredi 7 juin 2024
Edito - L'Histoire de TotalEnergies, un groupe qui fête ses cent ans (Erik Kauf) Etude - Les risques à la réputation dans un monde de plus en plus complexe et volatil (Pr Jean-Paul Louisot) Commentaire - Les exploitations minières ont été pr...

Plus de titres


A la une
1277 lectures - publié le, 14/06/2024 à 16:15:20 - gratuit

1340 lectures - publié le, 14/06/2024 à 06:47:44 - réservé aux abonnés

5162 lectures - publié le, 14/06/2024 à 06:36:52 - réservé aux abonnés

1515 lectures - publié le, 14/06/2024 à 06:24:00 - réservé aux abonnés

1319 lectures - publié le, 13/06/2024 à 14:12:05 - gratuit



© 2000/2024 par FRANOL Services - riskassur™ est une marque déposée par FRANOL Services / ISSN 1632-3106
Numéro de dépôt 702978 CNIL fait le 1 février 2001
en application de l'article 16 de la loi du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés.
RiskAssur et RiskAssur-hebdo sont des éditions de FRANOL Services - Immeuble Val de Loire - 4 passage de la Râpe - 45000 Orléans - tel :02 38 21 30 88
RCS Orléans 339 587 768 - SARL de 7 622,45 € - Gérant : Olivier Kauf
- données légales