Actualité, information des Risques, des Assurances et de la Finance. nominations, produits nouveaux, résultats, classements, accords, acquisitions, cessions, partenariats, implantations, points de vue, conjoncture, ... RiskAssur : votre magazine professionnel des risques et des assurances depuis 1994
Faits point accords acquisitions nominations
nouveautés organisation indices Resultats Agenda
Mag. ancien num. Privilège Abonnements Notre-Siècle mentions légales
Il y a, actuellement, 135 internautes qui consultent des articles, 54 246 pages lues aujourd'hui (depuis minuit)

Ecrire un commentaire

Bilan CCSF sur l’assurance emprunteur, un nouveau rapport de dupes

Bilan CCSF sur l'assurance emprunteur, un nouveau rapport de dupes

Article lu 5337 fois, depuis sa publication le 13/11/2020 à 08:14:41 (longueur : 17603 caractères)


Le point de vue de SECURIMUT

Le Comité Consultatif du Secteur Financier (CCSF) vient de publier son bilan, quinze jours après l'adoption de la loi ASAP. Ce rapport était pourtant sollicité depuis octobre 2019 suite à des constats factuels de réticences d'application par les banques des droits des consommateurs. Tandis que le CCSF souligne une forte mobilisation de ses membres et une bonne représentativité des réponses, il oublie de faire état de bon nombre de difficultés rencontrées sur ce marché. Pour trouver des compromis de rédaction, il écarte de fait une partie essentielle des réponses des acteurs alternatifs. Ce nouveau rapport conclu à « une concurrence en marche » et à une baisse des tarifs au profit des consommateurs, ce qui atteste que cette concurrence n'est toujours pas installée, et élude la question sensible des manœuvres des banques pour esquiver le droit des consommateurs de changer d'assurance…

Depuis l'examen de la proposition de loi de Martial Bourquin pour renforcer l'effectivité du droit des emprunteurs de changer d'assurance emprunteur, en octobre 2019, le Sénat réclamait un bilan du marché au Gouvernement. Les sénateurs faisaient alors clairement le constat que la concurrence sur ce marché « était freiné€ sur le terrain […] par des manœuvres dilatoires visant à entretenir la confusion des consommateurs ». Ils relevaient que les « enquêtes des services de l'Etat et des associations de consommateurs faisaient ressortir des manquements aux différentes obligations imposées aux acteurs du marché ».
En janvier 2020, Bruno Lemaire fut à son tour interpellé par les courtiers en crédit protestant contre les entraves subies et les quotas d'assurances emprunteurs externes mis en place par les banques, qui les empêchent de remplir leur rôle d'optimisation des crédits immobiliers et de conseil auprès des consommateurs. Les banques refusent de plus en plus fréquemment d'examiner les demandes de prêt qui n'intègrent pas leur propre assurance ou contingentent sévèrement la proportion des crédits assortis d'une assurance non bancaire. Or, ces pratiques sont tout simplement clairement hors la loi depuis septembre 2010…

Le CCSF fut missionné pour effectuer avant septembre 2020 un bilan du marché, comme il le fut historiquement en 2012 et 2016, avant la loi Hamon de 2013 et l'amendement Bourquin de 2017.

La loi ASAP vient d'être adoptée, faisant encore l'objet d'âpres débats sur la question du droit effectif des emprunteurs à changer d'assurance, d'une opposition marquée entre les députés qui ont voulu le renforcer, en proposant la résiliation infra-annuelle tout au long du crédit, et les sénateurs, qui ont préféré des méthodes plus indirectes. Le CCSF n'a pas jugé bon de hâter la publication de son bilan à l'occasion de ces débats, pourtant clos il y a moins de 15 jours …

Mais il faut dire que les deux derniers rapports du CCSF de 2012 et 2016, qui prétendaient que le marché fonctionnait « presque à merveille », avaient été sanctionnés par une intervention du législateur qui estimait au contraire urgent d'intervenir pour protéger les droits des consommateurs et n'entendait pas laisser le CCSF faire son affaire des réglages nécessaires entre les acteurs du marché. Ce dernier rapport annonce désormais fièrement que la concurrence est « en marche », ce qui suppose évidemment qu'elle n'est toujours pas installée, malgré des textes datant de plus de 10 ans.

Un bilan jugé représentatif du marché par le CCSF, fondé (vous en avez lu 20%, il reste à lire 80%, de cet article.)



Cet article est réservée aux abonnés à RiskAssur-hebdo Privilège
- Vous êtes déjà abonné, pour vous identifier, cliquez ici

Abonnement en ligne
Abonnement 1 an pour 480 euros ttc, en cliquant ici
Abonnement 1 mois pour 54 euros ttc, en cliquant ici

Retrouvez l’actualité de la semaine, en vous abonnant au magazine RiskAssur-hebdo, envoyé en format PDF en fin de semaine : Abonnement et/ou en savoir plus, en cliquant ici

Cliquer ICI pour lire d’autres articles de la rubrique Points de vue


-------------












A la une
535 lectures - publié le, 01/12/2020 à 08:19:44 - réservé aux abonnés

1107 lectures - publié le, 30/11/2020 à 15:52:08 - réservé aux abonnés

1049 lectures - publié le, 30/11/2020 à 13:19:36 - réservé aux abonnés

1028 lectures - publié le, 30/11/2020 à 10:29:52 - réservé aux abonnés

1706 lectures - publié le, 28/11/2020 à 10:03:51 - réservé aux abonnés



Recevez, chaque semaine

le magazine RiskAssur-hebdo

Cliquez ICI pour vous abonner


© 2000/2020 par FRANOL Services - riskassur™ est une marque déposée par FRANOL Services / ISSN 1632-3106
Numéro de dépôt 702978 CNIL fait le 1 février 2001
en application de l'article 16 de la loi du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés.
RiskAssur et RiskAssur-hebdo sont des éditions de FRANOL Services - Immeuble Val de Loire - 4 passage de la Râpe - 45000 Orléans - tel :01 55 33 12 55
RCS Paris 339 587 768 - SARL de 7 622,45 € - Gérant : Olivier Kauf
- données légales