Actualit, information des Risques, des Assurances et de la Finance. nominations, produits nouveaux, rsultats, classements, accords, acquisitions, cessions, partenariats, implantations, points de vue, conjoncture, ... RiskAssur : votre magazine professionnel des risques et des assurances depuis 1994
Faits point accords acquisitions nominations
nouveautés organisation indices Resultats Agenda
Abonnement Privilège Abonnement magazine mag. anciens numéros Commentaires mentions légales
Brèves boutique PèreLaFouine Notre-Siècle Terre-Futur.com
Il y a, actuellement, 98 internautes qui consultent des articles, 20 376 pages lues aujourd'hui (depuis minuit)


Essayer RiskAssur PRIVILEGE pour seulement 15 euros,
vous donnant acces a l integralite des archives (plus de 35 000 articles) : cliquez ICI


d'autres articles sur RISQUE

Le risque monétaire qui touche aussi l’assurance-vie

Article lu 20076 fois, depuis sa publication le 13/01/2012 à 09:01:41 (longueur : 3365 caractères)


La capacité d’emprunter des grands groupes, comme aujourd’hui celle des Etats, est suspendue aux décisions des agences de notations, de véritables institutions reconnues par le monde de la finance et financées par ceux qu’elles doivent noter.
#
Ce système est aujourd’hui sur le point de montrer ses limites et devient de plus en plus critiquable.
#
Tandis que les groupes industriels empruntent pour investir, les Etats empruntent, dans la conjoncture actuelle, pour pouvoir rembourser les anciens emprunts qui arrivent à échéance.
#
Ils se tournent généralement vers leurs créanciers, en leur demandant de nouvelles lignes de crédit supérieures à celle qui arrive à échéance.
#
Jusqu’à présent, la note accordée à un débiteur déterminait mécaniquement le taux auquel il trouvait à emprunter, or ce n’est plus vraie, en sachant que deux pays, comme la France et l’Allemagne, qui disposent chacun de la note la plus élevée, la note AAA, ne peuvent plus emprunter au même taux.
#
C’est le résultat des pressions politiques exercées sur les organismes de notation, qui obèrent leur crédibilité vis-à-vis du marché financier.
#
Actuellement les agences de notation divergent sur le triple A français, Fitch, l’une d’entre elles vient d’annoncer qu’elle ne dégradera pas la note de la France en 2012, tandis qu’une autre, Standard & Poor’s a fait passer la France de AAA à AA+.
#
Le marché des capitaux recouvre un vaste réseau d’échanges où se croisent dettes et créances qui, tout au moins, théoriquement, doivent se compenser.
#
Cependant, il suffit qu’un élément fasse, à l’instant T, défaut, pour que tout le système risque de s’écrouler, ce qui oblige les banques centrales à injecter des fonds dans les circuits financiers de leur pays, dès que ceux-ci montrent des faiblesses au point de se gripper.
#
La question que doivent se poser les épargnants français, titulaires de contrats d’assurance exprimés en euros est de savoir pour quels montants les assureurs sont engagés dans ce circuit et si leur solvabilité s’en trouve menacée.
#
Il faut rappeler que les sommes confiées à un assureur vie deviennent légalement sa propriété et l’assurés devient, à due concurrence, son créancier.
#
S’agissant de contrats ou de comptes exprimés en euros, l’assureur en garantit le remboursement, gagé sur ses fonds propres.
#
Pour garantir la sécurité du système, les assureurs sont soumis à des règles prudentielles strictes, édictées par l’Union européenne et contrôlées par les agences de contrôle de leur pays respectif.
#
Dans ce contexte, les assureurs orientent leurs placements vers des fonds non spéculatifs, offrant un maximum de sécurité, dont principalement des fonds d’Etat.
#
Il va de soi que chaque assureur privilégie les fonds émis par son propre pays, ce qui lui permet de relativiser les risques qu’il prend.
#
Cependant, l’usage veut, que pour conforter le rendement de ses placements, l'assureur souscrive des emprunts émis par d’autres Etats, offrant une meilleure rémunération que ceux émis par le sien, ce qui constitue, dans la conjoncture actuelle un facteur de risques pouvant peser d’abord sur la rentabilité de ses placement, avant de compromettre sa solvabilité.
#
Pour se faire une idée de la réalité des risques encourus, il faudrait disposer du détail des placements de chaque assureur, qui n’est pas connu du public.



Cliquer ICI pour lire d’autres articles
de la rubrique Faits de sociétés








Sommaires de RiskAssur-hebdo


Pour vous abonner
au magazine RiskAssur-hebdo
cliquez ICI

13/06/2024 à 11:09:53
Numéro 797 de RiskAssur-hebdo du vendredi 14 juin 2024
Edito - En France, le chevauchement des administrations forme un millefeuille coûteux (Erik Kauf) Etude - Gérer les risques en temps de guerre (Pr Jean-Paul Louisot) Commentaire - L'impact du manque de sommeil sur la santé des salariés est ...

06/06/2024 à 11:21:28
Numéro 796 de RiskAssur-hebdo du vendredi 7 juin 2024
Edito - L'Histoire de TotalEnergies, un groupe qui fête ses cent ans (Erik Kauf) Etude - Les risques à la réputation dans un monde de plus en plus complexe et volatil (Pr Jean-Paul Louisot) Commentaire - Les exploitations minières ont été pr...

Plus de titres


A la une
1287 lectures - publié le, 14/06/2024 à 16:15:20 - gratuit

1346 lectures - publié le, 14/06/2024 à 06:47:44 - réservé aux abonnés

5183 lectures - publié le, 14/06/2024 à 06:36:52 - réservé aux abonnés

1521 lectures - publié le, 14/06/2024 à 06:24:00 - réservé aux abonnés

1319 lectures - publié le, 13/06/2024 à 14:12:05 - gratuit



© 2000/2024 par FRANOL Services - riskassur™ est une marque déposée par FRANOL Services / ISSN 1632-3106
Numéro de dépôt 702978 CNIL fait le 1 février 2001
en application de l'article 16 de la loi du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés.
RiskAssur et RiskAssur-hebdo sont des éditions de FRANOL Services - Immeuble Val de Loire - 4 passage de la Râpe - 45000 Orléans - tel :02 38 21 30 88
RCS Orléans 339 587 768 - SARL de 7 622,45 € - Gérant : Olivier Kauf
- données légales