Actualit, information des Risques, des Assurances et de la Finance. nominations, produits nouveaux, rsultats, classements, accords, acquisitions, cessions, partenariats, implantations, points de vue, conjoncture, ... RiskAssur : votre magazine professionnel des risques et des assurances depuis 1994
Faits point accords acquisitions nominations
nouveautés organisation indices Resultats Agenda
Mag. ancien num. Privilège Abonnements Commentaires mentions légales
PèreLaFouine Notre-Siècle Terre-Futur.com
Il y a, actuellement, 87 internautes qui consultent des articles, 188 690 pages lues aujourd'hui (depuis minuit)


Essayer RiskAssur PRIVILEGE pour seulement 15 euros,
vous donnant acces a l integralite des archives (plus de 35 000 articles) : cliquez ICI



La France n

La France n’est responsable que de 1% des émissions mondiales de gaz à effet de serre

Article lu 9513 fois, depuis sa publication le 11/05/2023 à 07:32:21 (longueur : 3072 caractères)


On entend souvent dire que la France ne peut rien faire face au réchauffement climatique, ce qui est faux compte tenu de sa place dans l’économie mondiale. En réalité, le bilan carbone de la France est tout autre.

Il faut y inclure les gaz à effet de serre (GES) émis lors de la fabrication de tout ce que nous importons, ainsi que les émissions qui se produisent lors de leur transport. En revanche, il faut tenir compte des émissions correspondant à nos exportations, ce qui fait passer notre responsabilité dans le réchauffement actuel de 1% à 2%, la doublant ainsi. Cependant, cela n’est qu’une manière de voir les choses.

Pour commencer, si l’on veut établir la responsabilité de chaque nation dans le réchauffement climatique, il faudrait pouvoir évaluer la contribution de chacune, sans tenir compte de son apport annuel actuel. Si nous y parvenions après d’importants travaux, quel serait l’intérêt d’une telle présentation historique alors que nous devons mettre fin aux émissions actuelles pour ne pas aggraver la situation ?

En fait, si l’on fait le bilan des émissions actuelles de la France en incluant tous les GES qui contribuent au réchauffement atmosphérique, en tenant compte de ce qui est produit pour elle ailleurs, nous atteignons près de 2%. Cependant, il faut relativiser les émissions en fonction du nombre d’habitants par pays.

Or, une base de comparaison existe : le nombre de tonnes équivalent CO2 émises par chaque habitant. En France, il est de 9 tonnes par an en moyenne, tandis que la moyenne mondiale citée est d’environ 6 tonnes. Cela n’est qu’un détail.

Cependant, ce calcul est le seul que l’on peut faire à titre comparatif, bien qu’il ne corresponde à rien. On pourrait dire qu’il est "bidon" car le réchauffement que l’on constate est le fruit, comme déjà dit, de l’accumulation de gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère au cours des deux cents dernières années d’activité depuis la révolution industrielle. Les principales responsables sont les cheminées des usines et les centrales à charbon des 19e et 20e siècles en Europe et aux États-Unis. En cumulant les émissions, la France se classe tout de même au 8e rang des pays qui ont le plus contribué au changement climatique.

Pour cette raison, dire que la France n’a rien à faire, qu’on lui attribue 1% ou 2% de responsabilité, est faux. Même si elle émet peu de GES actuellement, elle en a émis depuis longtemps. De plus, la France fait partie des sept plus grandes économies mondiales et dispose de ressources et de technologies considérables. Elle est également membre de l’Union européenne, un acteur économique de premier plan à l’échelle mondiale, ainsi qu’un marché de 450 millions d’habitants.

Si l’on considère que la France ne peut rien faire, alors que peuvent faire les États du Sud qui subissent déjà de manière bien plus forte que la France les effets du réchauffement ? Ce discours est souvent associé à celui de l’inaction climatique évoquée par des climatologues. Ce sont des arguments qui cherchent à trouver de bonnes raisons pour ne rien faire.



Cliquer ICI pour lire d’autres articles
de la rubrique Faits de sociétés





Sommaires de RiskAssur-hebdo


Pour vous abonner
au magazine RiskAssur-hebdo
cliquez ICI

28/09/2023 à 10:27:27
Numéro 763 de RiskAssur-hebdo du vendredi 29 septembre 2023
Edito - Fonctionnement de la retraite progressive depuis la réforme des retraites (Erik Kauf) Etude - La nouvelle donne de l'assurance - Inflation, cotisation et sinistres (Pr Jean-Paul Louisot) Commentaire - La cohabitation est de plus en p...

21/09/2023 à 11:08:23
Numéro 762 de RiskAssur-hebdo du vendredi 22 septembre 2023
Edito - L'économie française a tendance à stagner (Erik Kauf) Etude - Suivre et mesurer les efforts du risk management (Pr Jean-Paul Louisot) Commentaire - L'éducation nationale doit s'adapter à la perte de 500 000 élèves en cinq ans (Erik K...

Plus de titres


A la une
1044 lectures - publié le, 29/09/2023 à 07:22:22 - réservé aux abonnés

1097 lectures - publié le, 29/09/2023 à 07:16:58 - réservé aux abonnés

1277 lectures - publié le, 29/09/2023 à 07:07:06 - réservé aux abonnés

1484 lectures - publié le, 28/09/2023 à 16:57:55 - gratuit

4287 lectures - publié le, 28/09/2023 à 16:51:58 - réservé aux abonnés



© 2000/2023 par FRANOL Services - riskassur™ est une marque déposée par FRANOL Services / ISSN 1632-3106
Numéro de dépôt 702978 CNIL fait le 1 février 2001
en application de l'article 16 de la loi du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés.
RiskAssur et RiskAssur-hebdo sont des éditions de FRANOL Services - Immeuble Val de Loire - 4 passage de la Râpe - 45000 Orléans - tel :02 38 21 30 88
RCS Orléans 339 587 768 - SARL de 7 622,45 € - Gérant : Olivier Kauf
- données légales